Le peuple des tunnels (1900-1930)

Publié le par l'équipe de La Rue

Samedi 30 mars à 15h

 


La bibliothèque La Rue vous invite à une rencontre-débat avec Astrid Fontaine autour de son ouvrage Le peuple des tunnels (1900-1930), aux éditions ginkgo. L’ethnologue revisite la vie quotidienne des employés de la Compagnie du Nord-Sud, qui exploita le métro au début du XXe siècle.   

 

 

Une compagnie de métro oubliée. Des intrigues politiques compliquées. Un mystérieux ingénieur. Des centaines d'hommes et de femmes qui s'activent dans les galeries souterraines de la capitale et tentent de survivre à Paris entre 1900 et 1930. Astrid Fontaine, exhume le trésor enfoui du "Nord-Sud" : les dossiers des milliers d'employés qui l'ont fait naître et vivre. Cette compagnie privée, rivale durant 30 années de l'imposante Compagnie du Métropolitain Parisien, fut à l'initiative de la construction des lignes 12 et 13 du métro actuel.
Au fil d'abondantes correspondances et d'anecdotes qui ponctuent la vie quotidienne de cette petite compagnie de métro, apparaît l'envers du décor de la Belle Epoque : la tuberculose, les ravages de l'alcool, la violence des moeurs, la dureté des conditions de vie et de travail, les premières luttes sociales, l'arrivée de la fée électricité et du cinématographe, la guerre, l'ampleur des travaux qui changent définitivement le visage de la capitale...
Les voix de Marie Frisson, fourreuse, de David Ben Loulou, cocher, d'Arthur Abraham, homme de peine, de Marcellin Aury, chef mineur et syndicaliste, de Georges Berth, jeune groom de 13 ans, de René Beuri, conducteur à la solde de la direction et mal-aimé de ses collègues, d'Eva Bontemps, receveuse amoureuse, de Prosper Boucherie, devenu fou, ou encore le parcours tragique du ménage Abandon, hantent encore les souterrains du métro.
Des petites histoires dans la grande histoire, des petites gens dont les vies ont été archivées depuis presque un siècle, attendant la possibilité d'une résurrection.

 

 


A la bibliothèque La Rue. Entrée libre et gratuite.

Commenter cet article