recette pour le prochain débat du 25 avril

Publié le par l'équipe de La Rue

Recette romanesque :
 

1 - Prendre un bon bouillon de roman-feuilleton, avec des épisodes rocambolesques, des surprises à peine crédibles, des aventures extravagantes. 

2 - Y dissoudre des morceaux de roman historique, basé sur l’épisode de « la bande noire » à Montceau-les-mines dans les années 1880, sur les grèves des mineurs et la fondation des premiers syndicats. 

3 - Parsemer le tout d’un peu de récit utopique : la construction de la « grande grève », c’est la grève générale expropriatrice, prélude à la révolution… 


- On obtient ainsi une œuvre passionnante, roman du syndicalisme naissant, épopée de la guerre entre le Capital et le Travail. Car « combien plus poignantes et héroïques sont ces batailles économiques que celles livrées à coup de canon par des héros stupides qui s’entre-égorgent sans savoir pourquoi ! » 


Ce « roman social », c’est La Grande grève, publié en 1905 par Charles Malato, militant et écrivain révolutionnaire anarchiste – et réédité ce mois-ci par les éditions Encrage. Un cocktail explosif ? Revigorant à coup sûr - à l’heure où seulement 10 % des salarié.e.s sont syndiqué.e.s, une potion à boire sans modération !


Venez fêter la sortie de La Grande Grève à la bibliothèque LA RUE
le samedi 25 avril à 15H30 !

Charles Malato, La Grande grève, Le Goût de l’Être/Encrage, Amiens, 2009, 318 p., 20 euros
(présenté et annoté par Caroline Granier)

 

Publié dans programme des débats

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article