prochain débat avec Eric Aunoble le 17 janvier

Publié le par l'équipe de La Rue



« Le communisme, tout de suite ! »    


Samedi 17 janvier, à 15H30, la bibliothèque LA RUE accueille Éric AUBOBLE pour nous parler de son livre sur les communes en Ukraine soviétique. 

 

« Les morts de la Commune de Paris sont ressuscités sous le drapeau rouge des soviets » (une affiche de 1921)


Plus de dix années de recherche ont permis à Éric Aunoble d’étudier cet épisode peu connu (et peu étudié) de l’histoire de la révolution soviétique : la création de communes paysannes autour de Kharkov dans les premiers mois de 1919. Éphémères (elles ne résisteront pas, pour la plupart, à la conquête de la région par les Blancs), elles concernèrent quelques milliers de paysans pauvres. Éric Aunoble s’appuie sur l’étude des archives, des statistiques, des témoignages ainsi que des ouvrages littéraires, pour nous restituer les actions mises en œuvre par ces communards, la façon dont ils sont considérés par les villageois, et l’attitude du pouvoir bolchevique envers les communes – étudiant au passage les tribulations du mot commune qui, importé de France, est intégré au vocabulaire et à l’imaginaire révolutionnaire russe. Il défend l’idée que, bien que soutenues en grande partie (dans les années 1919) par le pouvoir bolchevique, ces communes furent largement créatrices d’autonomie, et permirent aux paysans de faire l’apprentissage de la démocratie directe, de mettre en pratique l’égalité réelle (y compris, parfois, entre les sexes) – en bref, d’inventer un nouveau mode de vie, établissant un nouveau rapport au monde. Il dresse donc le tableau d’un prolétariat « sans phrases ni poésie, qui fait avancer l’histoire à grands coups de fouet » - selon les mots de l’écrivain ukrainien Mikola Khvylovy -, ayant la volonté de donner une réalité aux mots. La paysannerie fut donc, à ce moment de l’histoire, « une force de transformation sociale radicale ». 

L’historien, en se penchant sur cette « histoire au ras du sol », révèle ainsi ce qu’a eu de libérateur la révolution soviétique et complète utilement l’étude du mouvement communard, dont on ne connaît trop souvent que le versant anarchiste. 


Éric Auboble, « LE COMMUNISME, TOUT DE SUITE! », Le mouvement des communes en Ukraine soviétique (1919-1920), Les Nuits rouges, 2008.

Pour une analyse détaillée et critique du livre, voir l’article de Sarah Gruszka : « Bolchevisme et utopie révolutionnaire », dans à contretemps, bulletin de critique bibliographique, n° 32, octobre 2008. 

Publié dans programme des débats

Commenter cet article